Cosmétiques naturels

I. INTRODUCTION

On trouve sur le marché européen de nombreux cosmétiques qui sont qualifiés de cosmétiques naturels, bien qu’ils contiennent parfois de nombreux ingrédients qui ne sont pas des ingrédients naturels. L’utilisation de l’expression «cosmétiques naturels» diffère d’un pays à l’autre; il en est de même en ce qui concerne les lignes directrices applicables à la fabrication, à la commercialisation et à l’étiquetage. Il est nécessaire de mettre au point une définition uniforme et d’établir des principes directeurs pour les cosmétiques naturels en Europe.

L’existence de ces lignes directrices devrait permettre d’assurer un maximum de sécurité dans l’utilisation de ces produits et d’éviter d’induire en erreur en ce qui concerne les effets revendiqués.

II. DESCRIPTION

1. Par «produit cosmétique naturel» on entend tout produit, qui, sous réserve des paragraphes 6 et 7, se compose de substances naturelles, telles qu’elles sont définies aux paragraphes 2 et 5 et qui est produit (obtenu et traité) dans les conditions définies au paragraphe 4.

2. Au sens de ces paragraphes, les «substances naturelles» incluent toute substance d’origine végétale, animale ou minérale, ainsi que les mélanges de ces substances.

3. Dans le choix des composants de base d’origine végétale, minérale ou animale des produits cosmétiques visés dans ces paragraphes, on veille tout particulièrement à n’inclure aucun contaminant qui puisse être dommageable pour la santé humaine. Les fabricants de produits cosmétiques naturels doivent prendre spécialement en considération, dans l’évaluation de l’innocuité pour la santé humaine, les effets allergènes possibles des substances naturelles.

4. Les ingrédients naturels doivent être obtenus et traités exclusivement au moyen de méthodes physiques (par exemple extrusion, centrifugation, filtration, distillation, extraction, percolation, adsorption, congélation, dessication), de méthodes microbiologiques ou de méthodes enzymatiques. Les micro-organismes et les enzymes doivent être utilisés exclusivement dans les méthodes microbiologiques et les méthodes enzymatiques. Pour procéder à l’extraction on peut utiliser de l’eau, de l’alcool éthylique et d’autres solvants dérivés naturels appropriés.

5. Ne peuvent être utilisés dans les produits cosmétiques naturels que les parfums naturels dont le nom et la définition satisfont à la norme 9235 de l’ISO, ainsi que toute substance, qui, dans cette classification, a été isolée par des méthodes physiques. Les huiles essentielles de synthèse, les parfums qui reproduisent les senteurs naturelles et les matières premières modifiées chimiquement ne peuvent être utilisés dans des compositions parfumées qui sont étiquetées comme étant naturelles.

6. Les conservateurs ci-après (substances pseudo-naturelles), énumérés à l’annexe VI, partie 1 de la Directive du Conseil 76/768/CEE, peuvent être utilisés à condition que soit respecté le mode d’emploi indiqué:

– acide benzoïque et ses sels;
– acide proprionique et ses sels;
– acide salicylique et ses sels;
– acide 4 hydroxybenzoïque, ses sels et ses esters;
– acide formique;
– 2 phénoxyéthanol;
– alcool benzylique;
– acide sorbique.

Les produits cosmétiques naturels contenant l’un ou l’autre de ces conservateurs doivent porter visiblement l’inscription «agent de conservation: (nom du conservateur)» à proximité de l’indication «produit cosmétique naturel».

7. Les émulsifiants obtenus à partir des substances naturelles suivantes par hydrolyse, estérification ou réestérification peuvent être utilisés pour la production de produits cosmétiques naturels:

– graisses et huiles;
– cires;
– lécithines;
– lanoline;
– mono–, oligo– et polysaccharides;
– protéines;
– lipoprotéines.

III. NOMENCLATURE

8. Les produits cosmétiques qui remplissent les conditions énoncées dans les présentes lignes directrices peuvent afficher l’information complémentaire «produits cosmétiques naturels» en caractères bien visibles et lisibles.

IV. SECURITE DES PRODUITS COSMETIQUES NATURELS

Les dispositions législatives relatives aux produits cosmétiques, en vigueur dans les Etats membres de l’Accord partiel dans le domaine de la Santé Publique s’appliquent aux produits cosmétiques naturels.

Notamment « ils ne doivent pas nuire à la santé humaine lorsqu’ils sont appliqués dans les conditions normales ou raisonnablement prévisibles d’utilisation ».

L’évaluation de la sécurité des produits cosmétiques naturels doit prendre en compte les données de toxicité les plus pertinentes disponibles pour tous les ingrédients présents dans la formulation, y compris les ingrédients naturels, en accordant une attention particulière aux points suivants :

– Les ingrédients naturels sont des mélanges complexes nécessitant une définition suffisamment précise pour identifier un ingrédient donné quant à sa composition et à ses effets.

– Il est nécessaire d’apporter une justification scientifique spécialement dans les cas où il manque une part de l’information toxicologique concernant les ingrédients naturels.

Qu’entend-on au juste par produit naturel ?

La cosmétique fait appel à la technologie et à la chimie à tous les niveaux, et ceci est quasi incontournable pour des raisons d’hygiène. Mais il y a technologie et technologie, chimie et chimie. On m’a déjà rétorqué que tout ce qui existe en cosmétique est naturel, puisque, si on remonte suffisamment loin dans la chaîne de production, tout, absolument tout vient de la nature. C’est vrai… mais seulement en apparence.
De nombreuses molécules utilisées en cosmétique n’existent pas en fait dans la nature – même si leurs composants évidemment en proviennent (molécules de synthèse). L’écosystème cellulaire ne « reconnaissant pas » ces molécules inventées de toutes pièces, des conséquences inattendues peuvent survenir (irritations, réactions d’intolérance, allergies…).
Nous réserverons donc le qualificatif « naturel » qui, je le précise ici, n’a pas de définition légale, aux ingrédients et aux composés dont l’élaboration n’a pas nécessité l’intervention de manipulations chimiques ou technologiques lourdes, coûteuses en énergie, polluantes, et qui modifient abusivement ou totalement le composant d’origine. Les ingrédients « naturels » ont subi, eux, peu de transformations – principalement des transformations mécaniques et chimiques primaires, telles que la distillation, la cuisson ou le filtrage mécanique, la fermentation et l’oxydation – laissent peu de résidus et sont aisément recyclables et biodégradables. Les résidus de l’industrie pétrolière, même neutre sur le plan dermatologique, ne peuvent évidemment pas entrer dans cette catégorie

Une réponse à Cosmétiques naturels

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Réalisation: Vegatec | Réglementation Cosmétique